Le trait-

– D’où viens-tu ?

Je suis du bout du monde,

Des contrées haut en couleurs

Je suis d’ici-de-là, … Le trait –

– Mais, d’où viens-tu ?

Je suis la confusion des frontières,

Le mélange histoires contées autour du feu,

Et d’autres tracées à l’encre noire ou bleue

– Mais, d’où viens-tu ?

Je suis le fils de l’amour et du rêve

Un bâtard d’entre deux mondes,

Fils légitime d’une existence furieuse

– Mais, d’où viens-tu ?

Je suis ici, fais de feu et de rage

Je suis la passion brûlante de la vie

Je suis le flot, un mouvement vital

 

Je vais et je viens au monde.

bien avant

abandonne l’arc
et la flèche

garde la tension
ne retiens qu’elle

abaisse encore ton regard
qu’il habite ton buste

ton front plonge
l’horizon est en bas

la cible est vaste
l’ensemble est atteint

chaque chose se nomme
volonté

la saveur précède l’apparition
dépose-toi

au réveil
ton corps sera devenu…
plus léger

Avis d’annulation

Il se murmure que demain sera un jour nouveau,

Il se dit tout bas qu’un vent d’espoir soufflera sur nos villes,

Demain sera le jour du vivant, du rêve et des promesses accomplis au tic tac des horloges,

Nous arrêterons le temps à tout moment, les heures seront figées et piégées dans leurs cadrans,

Le temps ne sera plus jamais rond, nous ne ferons plus non plus sa ronde,

Il se dit que demain et les jours suivants n’auront plus que pour nom, « maintenant, ici, présent,… »

Le Maintenant sera indéfiniment maintenu comme seule alternative à l’infini.

rencontre

au pied des monts
la brise me trouve :
reste !
ne cherche plus
voici les vents
voici les eaux
les cavités béantes et
les chemins de traverse

arbres et maisons s’envolent
arrachés de terre
le monde se fend
le jeu s’arrête
une flèche décochée depuis le
haut-espace
traverse la matière
et -ô merveilleuse violence-
crève en son centre
ce qu’il me reste de sensation

plus de son
plus de trace
le fond voit
entrée dans la fenêtre
me voici

depuis toujours