rencontre

au pied des monts
la brise me trouve :
reste !
ne cherche plus
voici les vents
voici les eaux
les cavités béantes et
les chemins de traverse

arbres et maisons s’envolent
arrachés de terre
le monde se fend
le jeu s’arrête
une flèche décochée depuis le
haut-espace
traverse la matière
et -ô merveilleuse violence-
crève en son centre
ce qu’il me reste de sensation

plus de son
plus de trace
le fond voit
entrée dans la fenêtre
me voici

depuis toujours

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :